Infos

Infos (1)

Pétrole : la hausse des prix réveille la colère de Trump
Effrayés par la chute de la fin de l’année 2018, les Saoudiens et les Russes ont fortement diminué leur production. Ils ont réussi à faire remonter les prix… et agacer le président des Etats-Unis.
C’est une nouvelle gymnastique à laquelle sont soumis les émirs du Golfe, les traders londoniens ou les patrons des majors, un nouveau passage obligé pour la planète pétrole : les tweets de Donald Trump sont devenus des bourrasques qui malmènent un marché déjà très volatil. Jeudi 28 mars, le président des Etats-Unis a repris son cheval de bataille préféré : reprocher à l’OPEP la hausse des cours du baril. « Il est très important que l’OPEP augmente la production de pétrole. Le marché mondial est fragile, le prix du pétrole est trop élevé. Merci ! »
A quelques variations près, ce message est devenu un classique chez Donald Trump. Il faut dire que la hausse du cours du baril est spectaculaire. Début 2019, le pétrole connaît sa plus forte hausse trimestrielle depuis dix ans, en grimpant de 25 % à plus de 67 dollars (environ 60 euros). Une augmentation d’autant plus importante qu’elle suit une chute, elle aussi historique, de plus de 30 % à la fin de l’année 2018. Une situation « imprévisible », souligne le directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), Fatih Birol. « Nous entrons dans une période d’incertitude et de volatilité sans précédent dans l’histoire du pétrole », expliquait-il en décembre au Monde.
Plus de 100 millions de barils par jour
Ce qui fait monter les prix du baril est en apparence très simple. Malgré les préoccupations globales face au changement climatique, malgré les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, malgré les évolutions technologiques, la demande pétrolière continue de croître : la planète n’a jamais autant utilisé de pétrole, avec plus de 100 millions de barils consommés par jour.
Lemonde.fr
Tentez de gagner un Iphone
No Internet Connection